Un site parodique sur le PSG
3615 Alexis Le Parizinzin

Rétro avant PSG-OM; épisode 1/4

Posté par dans Articles le 23 avril 2006

lorik cana beau
Le PSG l’emporte 2-1 à Nantes, l’OM bat Rennes 3-0, et ce qui devait arriver arrive; après les diverses affaires de cette année, les deux frères ennemis de Ligue 1 se retrouvent au stade de France en finale de la Coupe du même nom; histoire d’en découdre définitivement. En découdre, c’est là un bien grand mot, réducteur et populiste, mais légitime pour tellement de cerveaux Parisiano-Marseillisés qu’il faut bien l’employer à un moment ou un autre. En en profitant pour se pencher sur les évènements qui ont marqué cette saison plus tendue qu’à l’accoutumée entre Paris et Marseille; rétrospective en 4 articles sur ce qui cette année aura participé à faire de cet ultime PSG – OM une espèce de combat d’ultimate fighting.

aout 2005 et l'affaire lorik cana

Le championnat a repris. Lorik Cana a renouvelé son contrat au PSG en mai dernier; il est lié au club de la capitale jusqu’en 2008 et il touche maintenant davantage qu’un SMIC et demi. Mais nous sommes en août, et tout se trouble dans sa tête, tout s’assombrit dans ses visions d’avenir, il est perturbé et a besoin de la main d’un homme pour le rassurer car il est sur le banc depuis 4 matchs; Dhorasoo, Mbami et Cissé ont des sexes plus gros que le sien. Il souffre. Il vient de réaliser deux superbes saisons, et d’un coup d’un seul Fournier ne lui fait plus confiance. Il semble perdu. Il semble que la rupture entre Lolo et Lolo approche. « Il n’a pas compris, lui qui est comme l’enfant du club, pourquoi personne ne lui a rien dit pour justifier le choix de Fournier de lui préférer M’Bami. Il semble résolu à s’en aller », déclare anonymement un de ses coéquipiers Parisiens à l’époque. « Il y a effectivement une demande de l’OM. Mais de toute façon, on n’est pas vendeurs. Je discuterai avec lui pour clarifier la situation », rétorquait Jean-Michel Moutier. Le 23 Août, Lorik Cana parlait aux supporters du camp des Loges. « Je n’ai jamais rien dit à la presse, il faut faire attention à ce que disent les journalistes. Je resterais à Paris. ». Le 24 Août, il était transféré vers la Canebière. Son papa était passé par là.

merci lorik cana
« Merci Lorik »

On apprendra quelques mois plus tard que cette affaire relevait en partie d’une intrigue complexe; début octobre, la police de la sûreté urbaine de Marseille saisit le procureur de la République pour dénoncer une magouille. La société intermédiaire USM aurait versé sur un compte monégasque 480 000 euros – l’équivalent de 10% du salaire du joueur sur ses quatres années de contrat – qu’aurait touchés Agim Cana, le père de Lorik. Celui-ci gère depuis toujours les intérêts de son enfant et il aurait ainsi tout fait à l’époque pour que son transfert à l’OM aboutisse, histoire en toucher une partie; tout fait, y compris menacer dans son intégrité physique – et il fallusse le vouloir – le directeur sportif du PSG. Interrogé ensuite en ces temps où la vérité se débrouissaillait quelque peu, Jean-Michel Moutier répondait ainsi que « cet argent ne vient pas de chez nous, il faut voir du côté de l’agent du joueur et de Marseille. Le père de Lorik Cana m’a menacé physiquement et c’est aussi pour cela que le joueur est parti. »

Agim Cana n’était pas pour autant resté muet. « Au PSG, on ne disait rien à Lorik. Les dirigeants croyaient qu’il allait subir cette situation car c’est un bon garçon, très poli, et qui a toujours tout donné au club. Nous nous sommes sentis trahis et profondément blessés par cette situation. La saison passée, il a quand même joué les trois derniers mois d’enfer sur une jambe ! Mais personne ne s’en est souvenu. Ca lui a fait mal. Sans parler de ses conditions salariales jusqu’à la prolongation de son contrat. Pendant ces deux grosses saisons, il a gagné en deux ans ce que touche Pauleta en un mois ! […] J’ai décidé d’appeler Christian Lariepe. C’était autour du 15 août. Pour nous, Lorik était victime d’une énorme injustice à Paris. » Jacques Lariepe, c’est un monsieur qui avait permis à Lorik d’intégrer le centre de formation du PSG, mais un monsieur qui est ensuite parti à l’OM… Un OM où Pape Diouf déclarait qu’il n’était « pas au courant des versements touchés par le père de Cana.» On croirait entendre notre bon vieux Nanard… mais lui au moins avait du charisme.

lorik cana avec le groupe i am
On ne peut excuser Cana que s’il est parti à Marseille pour rencontrer I am. Autrement non.

Quoi qu’il en soit, Cana coule aujourd’hui des jours paisibles au bord de la Méditerranée, où il touche bien sûr plus d’argent qu’au PSG et où il a fini par être accepté et apprécié des supporters grâce à sa hargne, son envie de vaincre, et son travail en libéro devant la défense où Déhu règne en doyen. Cana a d’ailleurs amplement participé aux derniers succès de l’OM en championnat et en coupe de France, et avant le tirage des demi-finales il déclarait même: « Le PSG ? Quitte à jouer cette équipe je préfère encore que ce soit en finale. » Tu as vu juste Lorik. Il en a envie, Lorik, surtout qu’il n’a encore jamais retrouvé le public Parisien autre part qu’au Vélodrome. Surtout qu’au Vélodrome, c’est là qu’il a marqué contre Paris. C’était en octobre, et il plantait sur corner l’unique but de la victoire Phocéenne, dans un match qui aura bien entendu fait des histoires…

La suite de notre feuilleton dans le courant de la semaine > « OM-PSG et l’affaire de l’ammoniac »

Laisser un commentaire
Pas de commentaires

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

| TrackBack URI